Le capteur de rêves

Le capteur de rêves

Photo : capteur-de-reve.jpg

Origine du capteur de rêves

 

 

Dans la tradition orale du peuple Ojibwé, le raconteur vous dira qu'autrefois tous les clans étaient situés dans un endroit très vaste nommé Turtle Island (le Monde) et chaque matin, Asibikaashi, la femme-araignée, construisait sa hutte spéciale avant l'aurore et aidait Wanabozhoo à ramener giizis (le soleil) à son peuple.

 

Si vous êtes levé avant l'aurore, cherchez la petite hutte et vous verrez le miracle de la capture du soleil alors que la lumière étincelle sur la rosée.

 

Asibikaashi prenait bien soin de ses enfants, mais quand le peuple Ojibwé s'est dispersé aux quatre coins de l'Amérique du Nord, selon la prophétie annoncée, Asibikaashi avait de la difficulté à faire le trajet vers tous les berceaux.

Alors les mères, les soeurs et les Nokomis (grands-mères)commencèrent à tresser les toiles magiques pour les nouveau-nés en utilisant des cercles de branches de saule et des nerfs ou du cordage faits à base de plantes. La forme du cercle représente comment giizis traverse chaque jour à travers le ciel.

 

Le cepteur de rêves filtrera tous les mauvais bawedjigewin (rêves)et laissera passer seulement les bonnes pensées lorsque nous ne sommes que des abinooji. Vous verrez un trou au centre du capteur de rêves où les bons bawadjige peuvent passer.

Aux premiers rayons du soleil, les mauvais rêves prisonniers de la toile seront détruits.

 

Quand nous voyons la petite asibikaashi, nous ne devrions pas la craindre mais au contraire la respecter et la protéger. En honneur de leur origine, les points où la toile se connecte au cercle sont soit de 8 pour les huit pattes de la Femme-Araignée ou 7 pour les 7 prophéties.

 

La tradition veut qu'une plume soit placée au centre du capteur de rêves. Elle signifie le souffle ou l'air, essentiels à la vie. Un bébé qui regarde l'air jouer avec la plume au-dessus de son berceau s'amuse tout en apprenant que l'air est important à la vie.

 

Les peuples Amérindiens sont en général très stricts concernant l'identité et les rôles de chaque sexe. La plume du hibou est gardée pour la sagesse (plume féminine) alors que la plume d'aigle représente le courage (plume masculine).

 

Photo : cercle-loups.jpg

L'usage de ces plumes, provenant des oiseaux sacrés de la Nation, a été aboli lorsque les capteurs de rêves ont été vendus dans le commerce. Les plumes ont maintenant été remplacées par des pierres, comme il se faisait

dans les Nations de l'Ouest Américain et elles représentent les points cardinaux. Les capteurs de rêves faits pour les adultes n'ont jamais de plumes.

Les capteurs de rêves faits d'une branche de saule et de nerfs sont pour les enfants et ne sont pas conçus pour être permanents.

Éventuellement, le saule sèche et la tension sur les nerfs cassera l'attrapeur de rêves. C'est supposé arriver ainsi. Cela reflète la jeunesse, quelque chose qui doit être mais qui doit aussi s'achever.

Les capteurs de rêves pour adultes sont faits de fibres pour  refléter des rêves plus adultes.

Dans plusieurs régions du Canada et du nord des États-Unis, la forme est plutôt la larme, pourreprésenter la raquette (mode de locomotion pédestre dans la neige épaisse).

 

 

Noms amérindiens

 

 

Asubakacin (Tribu Ojibwé - Bande de la White Earth - signifie "comme un filet", "ressemble à un filet")

 

 

Bwaajige Ngwaagan (Tribu Ojibwé - Bande de Curve Lake - signifie "attrapeur de rêves")

 

  

2361181279-small-1-1.jpg

Légendes


Plusieurs histoires amérindiennes sont associées à la toile de l'araignée de nuit. Cette toile est visible à l'aube et elle disparaît quand le soleil est levé. Le capteur de rêves doit être suspendu au-dessus du lit de l'enfant.
Il attrape tous les rêves, les bons et les mauvais. Les mauvais rêves se prennent dans la toile et sont détruits par les premiers rayons du soleil. Les beaux rêves trouvent leur chemin au centre de la toile et de là, ils entrent dans la vie du rêveur pour le guider.
Le capteur de rêves peut être gardé toute la vie et peut être décoré avec des choses appartenant au rêveur. Le capteur de rêves est aussi un porte-bonheur.


o36sowwj-1.gif

 

Légende du Capteur de rêves

 

Par une belle journée de printemps, un chasseur indien nommé Eau rapide partit chercher de la viande pour sa tribu qui avait faim. En se promenant dans la forêt, il découvrit une clairière qu'il n'avait jamais vue auparavant. Il rencontra un vieux monsieur aux apparences d'un chaman et lui dit: "Que veulent dire les signes dans le sable?"
Le vieillard lui dit: "Ce sont des signes aux pouvoirs magiques, ils me serviront à conquérir la planète! Je t'avertis, si tu touches à un seul de ces dessins, tu seras poursuivi par une terrible malédiction." Eau Rapide, terrifié, effaça les signaux et s'enfuit en courant le plus loin possible. Rendu à une très grande distance, il se remit à chasser.

Le soir même, le guerrier fit un épouvantable mauvais rêve; ce cauchemar se répétait tous les soirs. Puisqu'il n'arrivait plus à dormir, il ne pouvait plus aller à la chasse. Alors, il dut trouver solution à son problème. Le chaman de sa tribu avait eu beau préparer des potions à base de plantes, faites des envoûtements et des invocations, mais rien ne fonctionnait. Puis un jour,alors qu' il essayait de chasser avec les forces qui lui restaient, il rencontra Mère Araignée.

Eau Rapide, surpris, demanda à la déesse: "Connaissez-vous un moyen pour me guérir de tous ces cauchemars?"
Mère Araignée lui répondit: "Oui, c'est pour cela que je suis ici! Va me chercher une branche de frêne et tords-la pour en faire un cercle. Ensuite,donne-moi le cercle." Dame Araignée se mit à tisser une toile puis à la décorer de plumes et de perles.

Quand elle eut fini, elle lui dit: "Accroche ce capteur de rêves sur le bord de ta fenêtre, il filtrera les beaux rêves des cauchemars, les mauvais rêves s'évaporeront à la chaleur du soleil. Les rêves resteront emprisonnés dans les perles. Chaque nuit, un rêve sera relâché pour que tu puisses le rêver."

Le chasseur remercia la déesse puis retourna chez lui. Sur le chemin du retour, il chassa trois perdrix et un chevreuil, de quoi nourrir toute la tribu. Sa femme l'accueilla les bras ouverts et lui dit: "Va te coucher mon chéri, tu dois être mort de fatigue." Ce qu'il fit très rapidement. Depuis ce temps, cette tradition se transmet de génération en génération!

 

12akcuo6.gif

 


Légende Cheyenne


Il y a longtemps, dans un village Cheyenne, vivait une petite fille nommée Nuage Fraîche.


Un jour la petite dit à sa mère, Dernier Soupir du Soir : 


"Quand la nuit descend, souvent un oiseau noir arrive pour se nourrir. Il me donne des coups de bec et il me mange, jusqu'au moment où tu arrives, légère comme le vent, pour le chasser. Je t'entend, mais je ne comprend pas, qu'est-ce que c'est tout ça!".  


Avec grand amour maternel, Dernier Soupir du Soir rassura la petite effrayée :


"Les choses que tu vois pendant la nuit s'appellent rêves et l'animal ailé noir qui arrive est seulement une ombre!"  


La petite dit : "Mais moi j'ai peur, je voudrais voir seulement les ombres blanches, qui sont bonnes...." 


Alors la sage mère, qui savait dans son coeur qu'il aurait été injuste de fermer la porte à l'oreille intérieure, inventa un filet rond pour pêcher les rêves dans le lac de la nuit.


Elle donna à l'objet un pouvoir magique: reconnaître les bons rêves, c'est-à-dire utiles pour la croissance spirituelle de sa petite fille, et les mauvais rêves, c'est-à-dire insignifiants et trompeurs.


Dernier Soupir du Soir construit plusieurs Dreamcatcher, et elle les accrocha sur les berceaux de tous les petits du village Cheyenne. 


Au fur et à mesure que les enfants grandissaient, ils enrichissaient leur filet avec des objets qui leurs étaient chers, et le pouvoir de l'objet augmentait, augmentait, augmentait avec eux....


Tous les Cheyenne conservent "l'attrape rêves" pour toute la vie, comme amulette qui apporte force et sagesse.

 

 

 

3capteurloupetoile.jpg

 

 

 

 

Légende Chippewa


Une araignée était entrain de tisser sa toile dans un coin, à côté du lieu où grand-mère Nokomis dormait habituellement.


Tous les jours, Nokomis regardait l'araignée qui travaillait, occupée à tisser la toile.

 

Un jour, pendant qu'elle l'observait, son petit-fils arriva.


"Nokomis-iya !" cria le garçon, en regardant l'araignée. Il fit un saut, prit une chaussure et s'élança vers l'animal. 


"No-keegwa", dit la vieille femme, "ne la tue pas !".


Alors le jeune garçon demanda: "Nokomis, pourquoi protèges-tu l'araignée ?".


La vieille femme sourit mais elle ne répondit pas.


Quand le garçon s'en fut allé, l'araignée s'approcha de la vieille femme, et elle la remercia de lui avoir sauvé la vie.


Elle dit à Nokomis : "Pendant des jours et des jours tu m'as observée, alors que je tissais et je faisais osciller ma toile, tu as admiré mon travail. Puisque tu m'as sauvé la vie, je vais t'offrir un cadeau".


Elle sourit, avec se sourire spécial que seulement une araignée peut avoir...et s'éloigna, en tissant pendant qu'elle se déplaçait.


A ce moment la lune s'approcha gentiment de la fenêtre, et éclaira la toile avec un rayon argenté et magique.


"Tu vois, je tisse", dit l'araignée. "Regarde et apprend. Chaque toile va capturer les mauvais rêves.

Seulement les bons rêves glisseront dans le petit trou central, c'est mon cadeau pour toi.

 

Utilise le pour rappeler seulement les bons rêves, les mauvais seront capturés par la toile, sans espoir de s'échapper."

 alan-taylor-dreamcatcher.jpg

 

 

 

Légende Micmacs


On dit qu'une grand-mère qui cousait des vêtements dans la lumière tamisée de son wigwam, entendit une petite voix qui pleurait dans un coin.


Elle leva les yeux et demanda: "Qui est-ce qui pleure et pourquoi pleures-tu .

 

La petite voix répondit: "Ici, c'est moi grand-mère...".


La grand-mère chercha des yeux et aperçu une petite araignée.


"Je pleure, parce que tout le monde à peur de moi. Ils disent tous que je ne sert à rien."


La grand-mère fut bien peinée d'entendre ce que l'araignée avait à dire.


Elle lui répondit: "Eh bien, je crois que je peux faire quelque chose pour toi.


Dorénavant, quand tu tissera ta toile au-dessus de l'endroit où l'on dort, les mauvais rêves resteront pris à l'intérieur et détruits par le soleil, ainsi on ne fera plus que des bons rêves.

 

 071226044004181071549363.jpg


Légende Sioux Lakota


 

 

 Il y a longtemps, lorsque le monde était encore jeune, un vieux guide spirituel de la tribu Lakota, se trouvait sur le sommet d'une haute montagne, et eut une vision.


Dans cette vision, Iktome, un grand coquin et enseignant de la sagesse, lui apparut sous la forme d'une araignée, et lui parla en langue sacrée.


Pendant qu'il parlait, Iktome l'araignée prit le cercle de saule que l'ancien portait avec lui et qui était décoré de plumes, de crin de cheval, de petites perles et d'offrandes sacrificatoires, et il commença à tisser une toile à l'intérieur du cercle.


Il parla à l'ancien des cycles de la vie, que l'on commence à vivre en tant qu'enfants, et que l'on passe ensuite de la jeunesse à l'âge adulte. Qu'enfin nous atteignons la vieillesse, et que quelqu'un prend soin de nous comme si nous étions enfant de nouveau, complétant ainsi le cycle.


"Mais", ajouta Iktome, pendant qu'il continuait à tisser la toile d'araignée, "Pendant chaque période de l'existence il y a beaucoup de forces, quelque-unes appartenant au bien, d'autres au mal.


Si tu écoute les bonnes forces, elles te guideront vers le bon chemin, mais si tu écoute les mauvaises forces, tu ira dans la mauvaise direction, et cela pourrait te blesser. Ainsi ces forces pourraient t'aider, ou t'interférer avec l'harmonie de la Nature".


Pendant qu'Iktome parlait, il continuait à tisser.


Quand il fini de parler, il donna la toile à l'ancien, et il dit: "La toile d'araignée est un cercle parfait avec un trou au milieu. Utilise-la pour aider ton peuple à rejoindre ses buts, en employant bien leurs idées, leurs rêves et leurs visions. 


Si vous croyez au Grand Esprit, la toile retiendra vos bonnes visions, tandis que les mauvaises s'en iront à travers le trou central".


L'ancien raconta la vision à son peuple, et maintenant beaucoup d'amérindiens accrochent un "attrape rêves" au dessus du lit, pour filtrer les visions.


Les bonnes sont capturées par la toile et transmises au rêveur, les méchantes glissent dans le trou et disparaissent.

 

 

 

25 votes. Moyenne 3.52 sur 5.

Commentaires (8)

1. GUY MICHAUD 14/12/2009

TRÈS BEAU SITE ET INSTRUCTIF BEAUCOUP DE BLANCS ONT UN CAPTEURS DE RÊVES ET NE SAVENT L'ORIGINE ET NE CANNAISSENT PAS NON PLUS LA CROYANCE QUI S'Y RATTACHE .

2. guy michaud 18/12/2009

c'est trè;s intéressant cette légende .j'en fait un fichier merci ...

3. ethique 16/04/2010

tres instructif mais il faudrait un peu plus d'information sur les totem pour notre projet en Ethique ce serais tres apprecier merci beaucoup de votre compréhention.

4. sév (site web) 16/04/2010

pour les totems voir la page

http://lumieredamour.e-monsite.com/rubrique,l-animal-totem,1076864.html

5. Gabrielle 19/06/2011

Je me suis portée sur ce site en lisant "UNE ANGLAISE A BICYCLETTE" de Didier Decoin (récemment paru) et j'ai été heureuse de tout de que j'ai appris et qui a éclairé ma lecture.
Le 19 juin 2O11

6. elodie 30/11/2011

mon bébé a un Le capteur de rêves dans sa chambre votre site ma beaucoup éclaire sur la légende

7. jezequel (site web) 01/03/2013

très beau site on en apprend des choses tous les jours je vous ai pris 2 capteurs de rêves je vous souhaite un bon weekend
amicalement Jean Jacques

Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 30/08/2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×